panelarrow

Club Vosgien

Sainte Marie aux Mines

Chalet Refuge du Col des Bagenelles

CINQUANTE ANNEES D’HISTOIRE

Chalet CV – 1956
Chalet CV – 2006

Dès 1946 le Comité du Club Vosgien discutait au cours de ses réunions de la possibilité de construire un chalet, sans toutefois arriver à prendre une décision définitive, d’autant plus que les fonds manquaient totalement.

C’est lors de la fête montagnarde du Haycot, le 15 août 1948, que l’emplacement du nouveau refuge a été choisi au Col des Bagenelles, au bord d’une route bien fréquentée et un panoramique magnifique.

Les concessions de terrain et de source ont été réglées grâce aux municipalités de Ste Marie aux Mines et du Bonhomme ; c’est auprès de l’administration des Eaux et Forêts qu’il a fallu batailler le plus dur pour obtenir les autorisations.

C’est finalement le 1er mai 1949 que le terrain est délimité en présence du maire ZELLER, de l’architecte de la ville CUNRATH et du garde général des Eaux et Forets L’HOTE.

Dés le 7 mai 1949, les travaux sont entrepris, et le Président Jean GRIMM donne le premier coup de pioche avec une petite équipe de travailleurs volontaires.

Le premier pas étant fait, une soixantaine de membres bénévoles consacrent leurs heures de loisir pour les travaux de terrassement

Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, des écoliers et des scouts viennent apporter leur concours, de sorte que la construction puisse progresser.

Le 11 septembre 1949 les travaux de terrassement sont terminés et les fondations exécutées le même automne par l’entreprise Bari.

Le 7 mai 1950, anniversaire des travaux, la tranchée pour la conduite d’eau longue de 127mètres est tracée et commencée ; le 6 juin, l’eau coule au chalet.

Entre temps, une route d’accès au refuge est construite.

L’entreprise SIEGENFUHR pose les solives et les murs, ainsi que la charpente dont le bois est offert par la ville de Ste Marie aux Mines ; le 3 février 1951, la toiture est terminée par l’entreprise BILZ.

Au courant de l’été, les portes et les fenêtres sont mises en place par l’entreprise UEBEL, les entreprises GISSELBRECHT, JACQUEMIN et SALBER réalisent respectivement les travaux d’électricité, de sanitaires et de peinture.

Dès la fin de l’année 1951 le chalet accueille ses premiers touristes qui y trouvent un confort inhabituel pour l’époque.

L’inauguration a lieu le 6 juillet 1952 sous la Présidence de Monsieur MANCELLE alors Sous Préfet de Ribeauvillé.

Depuis cette date des milliers de visiteurs y ont fait, continuent et continueront d’y faire étape. Car si le Val d’Argent est le berceau du Carrefour Européen du Patchwork, le col des Bagenelles est un Carrefour européen de la randonnée.

Les marcheurs du GR5, balisé du rectangle rouge, – qui démarre en Hollande, passe par la Belgique, le Luxembourg et la France, emprunte une partie du célèbre Tour du Mont Blanc pour se terminer vers Nice au bord de la Méditerranée – y croisent ceux du GR531, balisé du rectangle bleu, et qui traversent les Vosges, du Nord au Sud, de Soultz sous Forets jusqu’à Leymen, voire ceux du tout proche GR532, qui par la Pierre des Trois Bans, mène de Wissembourg à Mulhouse.

Pour les moins sportifs, le dimanche, le chalet des Bagenelles, devient rapidement le lieu de rencontre des paysans voisins de Faurupt et de la Petite Lièpvre ; ils y sont accueillis par l’un de nos premiers garde-refuge, qui n’est autre que Désiré DIDIERJEAN, le voisin de la Graine Johé, dont la ferme n’était pas encore devenue une ferme-auberge.

Dans les années 1960, il accueillera également les jeunes St-Mariens qui participent aux « jeudis des neiges ».

A plusieurs reprises, le chalet des Bagenelles a prêté son cadre pour l’organisation du carnaval des marcaires, de la fête des genêts ou de concours de belote.

De son coté, le Comité du Club Vosgien, sous les Présidences successives de Jean GRIMM, Jean Paul SCHOTT, Maurice AULLEN, Lucien WISS et André PATRIS, n’a cessé d’améliorer et d’accroître le confort du chalet pour le plus grand bonheur des usagers.